Le Blog-Notes

Une pensée libre

Archive for avril 2014

Arnaldur Indridason

Posted by Lionel Sugier sur 20 avril 2014

indridason-arnaldur

C’est le nom d’un écrivain islandais, un auteur contemporain de polars qui se passent tous dans cette île lointaine aux noms de lieux et de personnes imprononçables, cette terre de Vikings, de sagas, protégée par les dieux Thor et Odin.

Peut-être que si je vous dis que c’est la patrie de Björk, cela parlera davantage à ceux d’entre vous qui s’intéressent à la musique rock.

Arnaldur Indridason, connu de tous les amateurs de polars « exotiques », conte les enquêtes policières d’Erlendur Sveinsson, commissaire à Reykjavik, et de ses deux adjoints, Elinborg et Sigurdur Oli, inspecteurs.

À ce jour, neuf romans de ce cycle ont paru, et leurs titres sont souvent associés à la température ambiante du coin : « Hypothermie », « Hiver arctique », « L’homme du lac » (gelé, bien sûr), « La muraille de lave » (du nom de la barrière de corail de la mer d’Islande).

Au fil de ses romans, Arnaldur Indridason suit ses personnages de policiers, s’éloignant parfois de l’enquête proprement dite pour entrer progressivement dans la vie privée (et souvent compliquée) des enquêteurs, particulièrement d’ Erlendur. On apprend beaucoup de choses sur l’Islande, on est plongé dans ses paysages, ses fjords, ses petits villages, ses redoutables blizzards, on apprend aussi que dans ce petit pays le nom de famille est moins important que le prénom, on découvre que Reykjavik est une ville qui ressemble beaucoup à toutes les villes du monde, avec son lot de crimes, de misère, de trafics de drogue, de différences sociales et culturelles, et d' »ultra moderne solitude » comme le chante Alain Souchon.

Dans la tradition des écrivains des pays nordiques, Arnaldur écrit des sagas. On finit par s’intéresser davantage à l’histoire intime de ses enquêteurs qu’aux enquêtes proprement dites, bien qu’il y ait souvent un lien entre les deux, et que les enquêtes restent passionnantes.

J’ai lu la plupart des titres la série, mais dans le désordre, ce qui fait que je m’y perds parfois un peu. Je conseille à d’éventuels futurs lecteurs intéressés de lire la série dans l’ordre. Le site Zonelivres.fr nous l’ indique :

  1. La Cité des Jarres
  2. La Femme en vert
  3. La Voix
  4. L’Homme du Lac
  5. Hiver arctique
  6. Hypothermie
  7. La rivière noire
  8. La muraille de lave
  9. Étranges rivages

Tous ces titres sont très récents, s’échelonnant entre 2005 et 2013. Ils peuvent se lire indépendamment, chacun développant une enquête spécifique et n’étant pas la suite directe du précédent. Mais lorsqu’on en devient comme moi « accro », on a envie de tout reprendre dans l’ordre, ce que je ferai sans doute dans quelques mois.

Le dernier, « Étranges rivages », est un chef-d’oeuvre. Comme les autres, on peut le lire même si on découvre le commissaire Erlendur. Mais on ressent vraiment autre chose si on connaît la vie du personnage, donc si on en a lu auparavant deux ou trois autres. C’est la parfaite adéquation entre l’ enquête qu’il mène et son drame personnel. Tout s’appelle, se croise, se rejoint. On ne sait pas si c’est le point final aux enquêtes d’Erlendur, même la dernière page nous laisse dans le doute, chacun y verra ce qu’il voudra y voir. Ce livre est empreint, comme les précédents, mais encore plus que les précédents, d’une grande sensibilité et d’un grand humanisme. Le commissaire est particulièrement obstiné, comme un Columbo arctique (sans ce côté faussement ridicule et petit-flic-qui-coince-les-grands-bourgeois), ici on est toujours dans l’empathie, l’envie de comprendre à tout prix, de trouver à tout prix (Erlendur se livre à des pratiques illégales) mais toujours dans le but d’aider les protagonistes de l’histoire. D’ailleurs il est en vacances, ce n’est pas une enquête officielle, c’est une recherche totalement personnelle, qui a un rapport avec son propre passé.

Rien à voir avec les thrillers sanglants, les tueurs en série abominablement imaginatifs, les suspenses haletants, les courses en bagnole, les massacres insoutenables, la violence complaisamment étalée qui font le bonheur de tout un tas d’auteurs de polars actuels (et vraisemblablement d’un grand nombre de lecteurs). Arnaldur est un écrivain qui va au fond de l’âme humaine.

C’est aussi quelqu’un qui construit une oeuvre. À l’instar de Tony Hillerman, dont j’ai déjà parlé ici, et de Henning Mankell, que j’évoquerai (ou pas) un jour, il conserve les mêmes personnages au fil de ses romans, et on les voit évoluer, s’aimer, s’engueuler, se séparer, se retrouver, vieillir, mourir parfois. La vie, quoi. En plus des intrigues qu’ils ont à dénouer.

Un régal de lecture.

 

Publicités

Posted in Notes de lectures | 4 Comments »

Significatif

Posted by Lionel Sugier sur 9 avril 2014

Le conseil municipal du samedi 5 avril a procédé à l’élection par les conseillers du maire et de ses adjoints.

La commune a droit a huit adjoints. L’adjoint à l’action sociale est huitième, après la communication, le sport, les travaux… On voit les priorités. Le symbole est fort.

Autre chose : il y a un adjoint aux sports, mais pas d’adjoint à la culture. Pour celle-ci, un délégué suffira.

Je sais, pour l’avoir constaté, qu’un délégué travaille autant qu’un adjoint, et qu’il ne s’agit ici que d’une question de titre. Mais là aussi, le symbole est fort. On met la priorité sur le sport par rapport à la culture.

Les associations culturelles apprécieront.

 

 

 

Posted in Actualité, Saint-christol | 8 Comments »

Rebondir

Posted by Lionel Sugier sur 2 avril 2014

Merci aux 1 260 électeurs et électrices de Saint Christol (ce n’est pas rien tout de même !) qui ont voté pour la liste de Philippe Roux dimanche dernier.

Nous essuyons un sérieux revers. Certes, nationalement il y a la vague bleue, localement il y a le maintien de la troisième liste, mais cela n’explique pas tout. Nous avons commis des erreurs, nous avons manqué des rendez-vous. Nous analyserons les causes de notre défaite et nous en tiendrons compte pour l’avenir.

Nous restons mobilisés, présents pour nos électeurs, nous n’allons pas nous endormir. Nous avons lutté pendant des années contre une fausse gauche, nous n’allons pas baisser les bras alors que la vraie droite a pris les commandes.

Nous laissons une commune assainie financièrement, un personnel mieux formé et mieux organisé, un habitat équilibré, un cadre de vie agréable, une nouvelle cuisine centrale, un nouveau centre aéré, des équipements rénovés et aux normes. Autant de travail que n’aura pas à faire la nouvelle équipe.

Nous sommes toujours là. Pour vous, avec vous, nous ne lâchons rien. Rejoignez-nous à Clarté et Démocratie, à Agir Ensemble, contactez-nous, construisons l’avenir.

À très bientôt.

Posted in Actualité | 3 Comments »