Le Blog-Notes

Une pensée libre

Archive for novembre 2013

Girls in Hawaii : Everest

Posted by Lionel Sugier sur 21 novembre 2013

DSC03686

C’est le nom d’un groupe et le titre de leur dernier disque. Que vous n’entendrez (hélas) pas souvent (euphémisme) sur Fun Radio, NRJ, RMC, RTL … Et dont on a a entendu brièvement un bout pendant une petite semaine sur France Inter, au milieu des incontournables et insupportables Biolay, Beaupain, Boogaerts, Katherine, Delerm and co. Et l’à peine plus supportable Daho. (Heureusement il y a parmi ces plus ou moins nouveaux anciens chanteurs français un type très original qui s’appelle Bertrand Belin, je vous en reparlerai, et je pense que je ne serai pas le seul au cours des prochaines années, je sens là quelqu’un de la trempe de Bashung. Enfin on verra.)

Girls in Hawaii est, comme son nom l’indique finalement assez peu, un groupe de garçons qui vivent, chantent, jouent et enregistrent en Belgique. Ils existent depuis environ dix ans.

Everest est un disque magnifique. Un sommet (oui, je sais, c’est facile…). Un disque d’héritiers. De dignes héritiers. Qui héritent de gens qui ne sont même pas morts (enfin, pas tous…) mais qui accusent au compteur quelques années de plus.

Everest est un disque sensible et énergique. Mélancolique et réjouissant. Déchirant et positif. Il est le résultat du travail d’un groupe qui a perdu un de ses membres, le batteur, frère d’un autre membre du groupe, mort dans un accident. Il dit le manque , le désespoir et en même temps l’envie de vie, de continuer.

Musicalement, ce groupe fait partie d’une famille qui me tient particulièrement à coeur. Quand on l’écoute, on entend les influences des grands mélodistes un peu foutraques de la dernière décennie (et même un peu avant, et même un peu après), tous ces musiciens à fleur de peau dont je vous ai parlé souvent ici, et d’autres qui leur ressemblent et que je ne peux que vous conseiller vivement d’écouter : Grandaddy (bien sûr), Sparklehorse, Flaming Lips, Mercury Rev, Midlake

Everest présente d’ailleurs plus d’un point commun avec le dernier disque de Jason Lytle, ex-leader de Grandaddy, qui parle lui aussi de perte, de haute montagne, de blizzard. Il a pour titre Dept. of Disappearance et il faut l’écouter avant de mourir idiot.

Bon, mes lecteurs diront que tout ça est un peu élitiste, comme si je faisais exprès de parler d’artistes que personne ou presque ne connaît. Or ce sont des gens simples et sensibles, qui ne trouvent pas le succès qu’ils mériteraient, et qui valent largement… heu… très largement… heu… mettons Julien Doré, au hasard.

Bon. Ils chantent en anglais. Mais combien de conneries chantées en anglais sont familières à tout un chacun ? Alors pourquoi ne pas aller voir un peu sur les côtés ? Ces groupes n’ont pas la notoriété de Dylan, des Beatles, de Bowie ou des Rolling Stones. Mais il faut faire preuve d’un peu de curiosité. Comme disait ce bon vieux Loulou, récemment disparu : « Take a walk on the wild side ».

Ce blog s’intitule « Humeurs d’élus ». Je suis élu. Adjoint à la culture. Un de mes plaisirs est d’essayer de faire connaître ce qui à mon sens n’est pas assez connu. Voilà.

Après, bien sûr, on peut goûter ou pas.

Publicités

Posted in Sur nos platines | 1 Comment »