Le Blog-Notes

Une pensée libre

Archive for juin 2011

Mauvaise foi

Posted by Lionel Sugier sur 17 juin 2011

Nos oppositions municipales, soit dans leurs blogs, soit dans leurs publications papier, scandent sans répit ce leitmotiv : « Ils n’ont rien fait, ils ne font rien, ils finiront leur mandat sans avoir rien fait. »

C’est une obsession qui relève de la méthode Coué, mais qui ne résiste pas à cinq minutes d’observation de ce qui se passe à Saint Christol lez Alès.

La mémoire fait vite défaut, mais vous souvenez-vous de l’aspect minéral de la place du Millénaire (devant la Maison Pour Tous) et de la tendance saharienne du parking derrière, avant l’élection de notre équipe ? Comparez avec aujourd’hui.

Vous souvenez-vous du prix que vous payiez il y a quatre ans pour un repas au restaurant scolaire, et si oui, amusez-vous à le comparer avec ce que vous payez aujourd’hui.

Pouvez-vous dire qui a instauré des aides au permis de conduire et au stage permettant d’obtenir le BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) de centre de loisirs ?

Aviez-vous visité les trois châteaux de Saint Christol avant 2008 ?

Le vieux village, avant cette date, était-il animé une fois par an, mis en valeur par des spectacles de rue entièrement gratuits ?

Depuis combien de temps n’aviez-vous pas entendu résonner des notes de musique toute une nuit dans le parc du Rouret ?

Aviez-vous un jour, avant 2010, été conviés à une rencontre pour échanger autour du budget de la commune ?

Combien de réunions concernant votre quartier étaient organisées avant notre arrivée ? Une seule en période préélectorale ? Aujourd’hui c’est une réunion annuelle par quartier.

Depuis combien de temps n’aviez-vous pas connu une journée comme celle du 8 mai dernier aux environs de la cave coopérative et du chemin de la Ferme ?

Si vous aviez plus de 70 ans avant notre élection, vous souvenez-vous d’avoir été conviés par l’ancienne municipalité à une rencontre de préparation du voyage des Aînés, avec des gens qui évoquent intelligemment ce que vous irez visiter, puis à une rencontre bilan avec diaporama après le voyage ? Aviez-vous participé à une semaine bleue avant 2008 ?

Vous a-t-on mis au courant de l’augmentation conséquente de la dotation par élève dans les écoles de la commune ?

Si vous êtes membre d’une association adhérente à l’un des trois offices municipaux, avez-vous remarqué l’augmentation globale des subventions ?

Si vous habitez la commune depuis plus de trois ans, avez-vous été conviés à une réception des nouveaux habitants pour un moment convivial au parc du Rouret ?

Sous la municipalité précédente, avez-vous lu un guide de la rentrée scolaire aussi complet et attrayant ?

Et ce ne sont là que quelques exemples parmi d’autres de ce qui a changé à Saint Christol.

Bien sûr, nous n’avons pas fait table rase du passé. Bien sûr, nous avons poursuivi ce qui fonctionnait bien. Évidemment, nous avons finalisé l’opération lycée Prévert, malgré quelques surprises coûteuses.

Nous n’avons pas rompu les ponts avec les associations qui ne nous auraient pas été favorables, j’ai même l’impression que nous avons resserré les liens de part et d’autre pour le bien de la commune et de ses habitants.

Alors bien sûr, on nous reproche de ne pas avoir fait de réalisation « d’envergure », c’est-à-dire de ne pas avoir fait de tape-à-l’oeil. On nous reproche de ne pas avoir construit en trois ans de nouvelles infrastructures comme celles que nos prédécesseurs ont mis 25 ans à réaliser.

On oublie juste de dire que les bâtiments communaux (Foyer, Maison Pour Tous, écoles…) sont peu à peu remis aux normes pour la sécurité du public, ce qui avait été négligé depuis des années !

On oublie de dire que, si nous refaisons la cuisine de Marignac, c’est qu’elle était obsolète et aurait dû être rapidement fermée. Nous préservons ainsi la confection des repas sur place au lieu de les confier à des sociétés reines de la mal-bouffe.

On oublie de dire que nous avons le projet de déplacer le centre de loisirs au Rouret, dans un lieu qui n’empêchera pas tout un chacun de profiter du parc, où les enfants devraient passer leurs vacances depuis longtemps, au lieu d’être confinés en juillet dans une école ! Et ce centre de loisirs ouvrira avant la fin de notre mandat !

Si j’énumérais ici tout ce que nous avons fait, tout ce que nous faisons, avec notre énergie, notre passion, pour la commune, ce n’est pas un article que je ferais mais dix !

À part ça, il ne se passe rien à Saint Christol lez Alès depuis que Clarté et Démocratie est là…

Posted in Du Tag au Tag | Leave a Comment »

Vergogna !

Posted by Grégoire Abitan sur 11 juin 2011

Puzzle. Par INTVGene. CC-BY-SA. Source : Flickr

Personne ne semble relever à quel point il est indécent d’entendre tour à tour les membres du gouvernement actuel suggérer, préparer et donc organiser des modifications du dispositif du RSA (Revenu de Solidarité Active).

À les entendre, il ne fait aucun doute pour eux que bénéficier d’une aide c’est accepter d’appartenir désormais à la collectivité. Mais une appartenance physique. Comme si imposer une « contrepartie » sous la forme d’un travail compensait à leurs yeux le fait de ne pouvoir reprendre ce qui est donné (et qu’ils regrettent même d’avoir donné).

Là, on marche sur la tête. Sur ce principe : les chômeurs indemnisés devraient eux aussi donner du temps de travail à la collectivité, les retraités n’ont pas plus de raison d’être épargnés (ah oui, j’oubliais, cela a été envisagé pour pallier l’absence d’enseignants dans certains cas). Ajoutons, pour être complet, les malades remboursés de frais médicaux ou d’hospitalisation : ils pourraient quand même faire quelque chose depuis leurs lits non ? (et les agriculteurs ? je n’ose pas imaginer ce qu’on pourrait obtenir d’eux en « contrepartie » des aides qu’ils perçoivent…)

Ainsi chaque versement que l’État consent à accorder lui donnerait un droit de décision sur les personnes concernées. Et si l’on pousse cette logique jusqu’au bout on n’aboutira qu’à deux possibilités : soit on laisse faire, on abandonne toute liberté individuelle et on permet ainsi à l’État de conduire (contrôler) chacun sur des rails prédéfinis, soit on abandonne toute politique sociale et l’on en vient au chacun pour soi. Les plus forts, les plus riches, les plus chanceux, les plus roublards s’en sortiront, les autres, les recalés, devront s’en accommoder et après tout, ce n’est pas grand chose de donner de son temps à des « activités d’utilité sociale, par exemple l’accompagnement de sorties d’école ou de personnes âgées, des projets environnementaux et civiques« . Elle est où la solidarité ?

De plus, dans les propos de M. Coppé on trouve cette suggestion : « Nous voulons leur proposer, dans le cadre d’un contrat unique d’insertion, de travailler entre cinq et dix heures par semaine au service de la collectivité de résidence: la commune, l’intercommunalité, le département ou la région. » Quelles seront les collectivités qui vont accepter d’en profiter ?

Ce n’est qu’une pièce de plus dans le puzzle que nous propose la droite aux commandes, une pièce qui s’ajoute à celles qui ont été déjà posées sur la table. Reprenons les propos de M. Guéant, ceux de M. Wauquiez : l’image se complète peu à peu et c’est un monde parfait qui en est le modèle. Ouf !

Posted in Actualité | Leave a Comment »

Manque de classe ?

Posted by Grégoire Abitan sur 2 juin 2011

Depuis 3 ans maintenant nous supportons cela sans vraiment réagir, un peu par découragement tant il semble impossible de changer quoi que ce soit, un peu par pitié devant la bêtise de certains propos. Mais là, ras le bol !

Que les lecteurs extérieurs à la commune de Saint-Christol lez Alès nous excusent, ce billet ne les intéressera que très peu (éventuellement par sa conclusion, et encore).

Alors, collègues conseillers municipaux élus de la liste d’Agir Ensemble : où allez vous comme ça ? Depuis 3 ans donc, on pourrait croire que passée l’amertume de la défaite vous alliez jouer votre rôle d’opposition de manière habile et politique.

Or que voyons-nous ?

Un absentéisme de plus en plus criant dans les diverses commissions que paradoxalement vous réclamez à cor et à cri (absentéisme associé à de faibles interventions quand vous y participez, mais c’est vrai que la presse locale et le public n’y sont pas présents), des interventions en Conseil Municipal de plus en plus sous la forme d’une lecture de communiqués (si j’étais aussi vachard que vous, je m’interrogerais sur les auteurs de ces communiqués, instillant habilement et sournoisement le doute sur vos capacités à les rédiger…) et bien sûr un blog dans lequel vos amis et vous vous lâchez allègrement. C’est si facile, la preuve !

Votre marque de fabrique et le style de votre groupe sont l’allusion et la répétition. Nous en avons déjà parlé et visiblement cela n’a pas suffi.

Allusion quand vous mettez ensemble certains termes pour faire un bon mot (et, c’est vrai, parfois vous en avez réussi certains), mais si l’on sourit au premier billet, on finit par trouver lassant la systématisation des sous-entendus que vous laissez dans vos textes. D’ailleurs comment se fait-il qu’en Conseil Municipal on ne retrouve pas ces approximations dans vos prises de positions ? Vous avez peur d’être aussitôt remis en place ? Y aurait-il des éléments incontrôlés dans votre groupe ?

La répétition (voire la scansion) est le second outil que vous utilisez inlassablement. Là, la cohérence est respectée, il n’est pas rare en conseil municipal d’entendre votre tête de liste murmurer et ressasser les mêmes remarques.

Allusion et répétition (ou pour le dire plus clairement : hypocrisie et radotage) ne sont en rien les éléments d’un projet politique pour gérer une commune, ce sont au mieux des manières de harceler l’adversaire mais un jour ou l’autre il faut montrer ses cartes et jouer son jeu. Continuer sur cette voie vous conduirait inévitablement à ressembler, par la méthode, à un parti qui en a fait son fonds de commerce permanent et je ne vous ferai pas l’injure de vous y associer.

Précisons quand même, une chose : mystérieusement, de temps en temps, vous commettez un billet dont l’argumentation est imparable ou dont l’ironie, qui peut être mordante, fait mouche. Ces billets sont souvent signés quand d’autres semblent émaner d’un collectif fluctuant, tantôt érudit tantôt pédant (et je ne parlerai pas des commentateurs fidèles, qui sont probablement pour la plupart des variations d’identité d’un seul personnage à la fois précieux et analphabète). De même il arrive (trop rarement hélas) que vous interveniez en Conseil avec un à propos et une réflexion plus que pertinents, que nous soyons d’accord ou pas cela mérite d’être dit.

Nous avons défini notre projet et nos objectifs et nous avançons dans leur direction. Nous n’avons pas la prétention d’être exempts de critiques. La seule chose que nous attendons c’est que le débat d’idées se place sur le terrain de l’action municipale et sur les thèmes de celle-ci.

Dans ce cadre, nous pouvons tout entendre et tout discuter. Il serait vraiment désolant que nous soyons obligés de nous mettre à votre diapason. Mais s’il le faut, nous saurons manier la rumeur, l’approximation et la déformation des propos (même avec répugnance ; il suffira d’écrire avec des gants et une pince à linge sur le nez).

Nous aurons des comptes à rendre à la population à la fin de ce mandat, nous le savons, c’est le jeu normal de la démocratie. Et si les élus sortants des listes majoritaires ont souvent beaucoup à justifier des actions qu’ils ont menées (qu’elles soient des réussites ou des échecs), n’oublions pas que les élus d’opposition ont aussi à s’expliquer sur leurs positions au Conseil Municipal.

En définitive vous semblez avoir passé beaucoup de temps et d’énergie à former des acronymes pour surnommer des conseillers, à exhumer des personnages de théâtre pour épater l’électeur lambda, à ne retenir que la moitié seulement des propos tenus en conseil et, enfin, avoir séché de nombreuses commissions.

Toutes ces futilités ne vous placent absolument pas en position de donneurs de leçons.

…pédagogiquement vôtre.

Posted in Ras le bol ! | 1 Comment »