Le Blog-Notes

Une pensée libre

Archive for novembre 2011

Le 11 novembre nouveau est arrivé !

Posted by Lionel Sugier sur 15 novembre 2011

La dernière idée géniale de Sarkozy : maintenant qu’il ne reste plus en France aucun Poilu vivant pour protester, le Président que le monde entier nous envie décide que le 11 novembre ne commémorera plus seulement les morts de la première guerre mondiale, mais tous les morts français de toutes les guerres passées, présentes et à venir.

Comme si les appelés de 14-18 étaient les mêmes que ceux qui partent aujourd’hui en Afghanistan. Comme si on pouvait mettre cyniquement dans le même sac les tirailleurs « sénégalais » (c’est-à-dire tous les Africains qu’on faisait venir des colonies depuis le Maghreb jusqu’à l’Afrique noire), les paysans bretons, occitans et d’ailleurs du début du XXème siècle, et les professionnels d’aujourd’hui, qui choisissent le métier des armes et ses risques.

La guerre de 14-18 est aujourd’hui désignée sous la glorieuse appellation de « Grande Guerre », avec des majuscules s’il vous plaît. Or, et même dans les discours officiels devant les monuments aux morts, on s’accorde à dire que c’est le massacre le plus massif du XXème siècle. Des généraux « incompétents », de Pétain à Nivelle en passant par Foch, Joffre et consorts, ont envoyé à la mort sans aucun état d’âme la population masculine française pendant quatre longues années. Il fallait sauver la France. On puisait donc dans les campagnes, auprès de cette population majoritairement agricole, majoritairement peu instruite et qu’on méprisait, tous les hommes valides, contraints de partir, mobilisation générale oblige. Donc, Pétain et consorts, qu’on dit maintenant par commodité (et arrangement avec l’Histoire) qu’ils étaient incompétents, ne l’étaient pas du tout à l’aune de leur époque : ils représentaient leur classe sociale, sauvegardant ses intérêts en envoyant les sans grade, les petits, les moins que rien à la mort. (1)

Qu’avait donc de « grand » cette ignoble boucherie programmée ? Quitte à garder les majuscules, on devrait l’appeler la Sale Guerre, la Guerre Immonde, mais n’est-ce pas le cas de toute guerre ?

On envoyait en première ligne (même si ce fait est aujourd’hui contesté par les nouveaux révisionnistes) ceux que l’on considérait comme quantité négligeable, d’abord les Africains, puis tout de suite après les Bretons, les Occitans qui baragouinaient un sabir « même pas français ».

Savez-vous d’où vient le mot baragouiner ? Du breton. C’est un composé des mots bara (pain) et gwin (vin) que les Poilus armoricains réclamaient dans les tranchées.

Le Chemin des Dames fut une bataille particulièrement meurtrière, où à chaque offensive on envoyait le même nombre d’hommes se faire tuer sans pratiquement aucune chance de s’en sortir. Chaque jour on enrôlait de nouveaux soldats pour remplacer les morts  de la veille. On a même envoyé au casse-pipe pendant les dernières années des gosses de 14 ans.

La France a été privée de plus d’un million d’hommes dans la force de l’âge au sortir de ce gigantesque massacre que fut la première guerre mondiale.

Rien de commun avec aujourd’hui, où les soldats morts en Afghanistan avaient choisi leur métier et accepté ses risques.

Loin de moi l’idée de hiérarchiser les morts : un homme en moins, tué à la guerre, représente aujourd’hui comme hier, comme de tous temps, un drame pour sa famille, une vie fauchée trop tôt. Pourquoi ne pas refuser à notre époque de participer aux guerres ?

Parce que, et c’est là que les morts d’aujourd’hui et ceux d’hier se rejoignent, et c’est là que le cynisme de Sarkozy prend toute sa mesure, les guerres sont toujours décidées par ceux qui ne les font pas, et faites par ceux qui ne les ont pas décidées (2). Toujours, bien sûr, au nom d’intérêts territoriaux, c’est à dire économiques.

Dégât collatéral : maintenant que Sarkozy a décidé que toutes les guerres seraient évoquées le même jour (un projet de loi va être présenté dans ce sens), pourquoi ne pas aller plus loin en décidant de faire travailler les gens le 8 mai, en guise de deuxième journée de « solidarité » ?

(1) « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. » (Karl von Clausewitz)

(2) « La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » (Paul Valéry)

Posted in Actualité | Leave a Comment »