Le Blog-Notes

Une pensée libre

Archive for décembre 2012

« …où le rose a des reflets bleus … »

Posted by Lionel Sugier sur 16 décembre 2012

Bien sûr, il fallait se débarrasser de Sarkozy.

Bien sûr, il fallait que la gauche revienne.

La gauche est revenue. Et aujourd’hui, sept mois plus tard, où est-elle ?

Je ne peux même pas parler de déception, parce que j’ai quelques heures de vol, et je ne me faisais pas d’illusions sur les socialistes au pouvoir. On avait déjà donné, on savait. Mais je pensais que, comme on dit, des « signaux forts » devraient être donnés par Hollande, que c’était la dernière chance avant Marine Le Pen, qu’il y avait urgence à se ressaisir, sinon, en 2017, ce serait le FN (ou je ne sais quelle droite décomplexée, avatar d’icelui, mais comme disait François Duprat – fondateur du FN – on préfère toujours l’original à la copie).

Je pensais sans trop y croire que, peut-être, Hollande mesurerait le danger. Je pensais, et je le disais, que là il ne fallait pas se louper. Or voilà. Où en est-on aujourd’hui ? Quelques exemples (liste non exhaustive que le lecteur complètera à sa guise) :

1. Le rapport Gallois. « Unanimement » salué par la gauche et la droite (sauf certains que les médias oublient…). Un catalogue de mesures rétrogrades, reprises illico par le gouvernement : retournement sur la TVA par rapport aux promesses de campagne, crédit d’impôt pour les entreprises, mise sur le tapis du « coût » du travail, de la flexi-sécurité, et tous ces concepts libéraux, made in MEDEF, repris par les socialistes.

2. Politique envers les Roms jumelle de celle de Sarkozy, avec un Manuel Valls médiatiquement plus soft que l’ex-président, mais aussi dur sur le terrain.

3. Vote des étrangers non communautaires aux élections locales repoussé aux Calendes (grecques ?) par le même Manuel Valls (si vous l’invitez chez vous, attention aux rayures sur votre parquet…)

4. Loi sur le mariage pour tous : quelques maires homophobes planqués derrière la « défense des enfants et de la famille » montent au créneau, aussitôt Hollande, au Congrès des Maires, invoque la « liberté de conscience », incitant les élus à ne pas respecter une loi qu’il s’apprête à faire voter. Je pense qu’on n’avait jamais vu ça…

5. Quelques nantis se déguisent en « pigeons » et font une manif ou deux, quelques toubibs spécialistes du méga dépassement d’honoraires et du refus de prendre des patients sous CMU font une manif ou deux, le gouvernement cède. En revanche il envoie les flics matraqueurs à Notre Dame des Landes.

6. Florange : Montebourg propose une nationalisation le temps de mettre en route un repreneur qu’il a trouvé. Le lendemain, Ayrault signe un accord avec Mittal, qui a toujours promis, jamais tenu, et qui recommence le surlendemain à faire ce qu’il veut. Montebourg se tait et oublie de démissionner.

Nous voilà donc en train d’assister au tournant de la rigueur saison 2. La saison 1 date de 1983. Le gouvernement socialiste d’alors avait tenu deux ans avant de le prendre, ce fameux tournant. Celui d’aujourd’hui n’a attendu que 6 mois…

Oui. Le gouvernement socialiste a choisi : au lieu d’opter résolument pour une politique de rupture, il continue sur la voie de Sarkozy. Quand on le lui reproche, il s’en défend avec une incroyable pirouette, au mépris des électeurs, par la voix de Jérôme Cahuzac, ministre délégué chargé du budget : « Je ne vois pas en quoi [ce] serait davantage une politique de droite. Et si c’est la gauche qui le fait, peut-être que c’est une politique de gauche. » Reconnaissons-lui un zeste de sincérité : il a quand même dit « peut-être ».

Hallucinant…

Et pendant ce temps, Marine, tapie dans l’ombre…

Note : Le titre de cet article est extrait de « Résidents de la République », chanson écrite par Gaëtan Roussel pour Alain Bashung.

Publicités

Posted in Actualité | Leave a Comment »