Le Blog-Notes

Une pensée libre

Éloge de la politique : épisode 2

Posted by Lionel Sugier sur 5 juin 2010

Unis dans le passé, désunis à présent, démunis d’avenir

On entend souvent, à droite à gauche, que dans les petites communes, lorsqu’on présente une liste aux élections, la couleur politique importe peu. Tout le monde est censé se retrouver derrière les préoccupations principales des administrés : le mieux vivre, les chemins, les fossés, les équipements collectifs…

Je veux bien l’entendre, mais cette apologie de l’union sacrée qui consiste à dire, croire (ou faire croire…) qu’il n’existe au plan local aucune vraie différence entre la droite et la gauche ne tient pas la route.

Nous en avons eu une illustration flagrante en 2008 à Saint Christol. Le maire sortant, socialiste adoubé par le Président de Région et le Président du Conseil Général, ne reculant devant aucune ouverture, s’allia avec des membres éminents de l’UMP au nom de l’intérêt général faisant fi des différences idéologiques. Et obtint ainsi le soutien du chef de l’UMP local, maire de la ville voisine, Président de la Communauté d’Agglomération.  Le bon sens populaire n’ayant pas de couleur politique.

Résultat : sa liste mariant la carpe pragmatique et le lapin réaliste ne fut pas élue. On peut toujours gloser sur les conséquences particulières, les 4 listes initiales se maintenant au second tour, et se déclinant, selon lui et ses partisans, ainsi :

– sa liste, la seule, la vraie, Unis pour l’Avenir,

– une liste menée par une dissidente jugée félone,

– une liste qualifiée de crypto-communiste,

– une droite pure jugée traîtresse.

Mais le fait est là. Les Unis furent battus. Ils obtinrent au Conseil Municipal un groupe de 4 élus d’opposition.

Or donc, que se passa-t-il en son sein ? Après la rapide démission du sortant-sorti, siégèrent 4 membres toujours aussi « Unis », 2 socialistes et 2 UMP. Et très vite l’union sacrée se délita. D’abord leurs votes aux séances du conseil  commencèrent à diverger. Puis ils demandèrent à avoir 2 expressions distinctes sur le bulletin municipal. Leurs idées politiques prenaient le pas sur leur union artificielle. Chacun(e) retrouvait son camp, et montrait que le rassemblement oecuménique ne pouvait pas résister longtemps à la réalité.

Je les salue pour cela : ils ont montré (sans doute à leur corps défendant) que, décidément, la gauche et la droite ce n’est pas tout à fait pareil, et que les idées finissent par prôner sur l’opportunisme.

Alors me direz-vous, Saint Christol ce n’est pas comme ailleurs, ici l’entente cordiale est utopique. La commune est trop grande, presque une ville, et les mélanges sont impossibles. Mais voilà : j’ai connu un maire, dans une toute petite commune (40 ou 50 électeurs) qui avait tenté lui aussi l’union sacrée. Au bout d’un mandat, son premier adjoint a réussi à le virer. On s’est très vite aperçu que celui-ci était un sympathisant du FN. Qui s’est servi de qui, et pourquoi ?

Même dans les tout petits villages, faire des concessions à un adversaire politique mène à l’impasse. Oui, il faut afficher ses idées, car des idées dépendent les projets, et c’est sur les projets proposés que l’on est élu. Contrairement à des clichés largement répandus, je ne pense pas que la droite et la gauche puissent gouverner ensemble.

(la suite au prochain épisode…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :